Axelle
Diagnostiquée en 2018

Diététique & nutrition

En quelques mois, j’ai maigri de 20 kg

Les oncologues se concentrent surtout sur les cellules cancéreuses et les taux sanguins de votre organisme. Je le comprends. Ils s’attachent moins à d’autres aspects, comme par exemple : comment continuer à manger sainement ? Pendant mon traitement, je ne goûtais vraiment plus rien. Je n’avais donc plus du tout envie de manger. Rien que l’odeur des aliments me rendait malade. En quelques mois, j’ai donc perdu environ 20 kg. Personne ne m’a dit combien il est important de continuer à manger suffisamment. Je ne mangeais plus que ce que j’aimais bien. Je n’ai ouvert les yeux qu’après avoir été voir un diététicien. Je ne mangeais par exemple plus aucune graisse et presque plus d’aliments contenant beaucoup de glucides. Le diététicien m’a appris à remanger des graisses. Et vu que j’ai toujours du mal à manger de la viande, je prends plus souvent du poisson.

Tony
Diagnostiqué en 2015

Diététique & nutrition

Nous allons volontiers au restaurant.

« Je prends du plaisir à manger. Parfois, je téléphone à mon frère et il sait déjà pourquoi. “On va manger ce soir ?”, demande-t-il. Et oui, nous le faisons en effet régulièrement. Délicieux. Nous continuons à profiter, malgré le diagnostic. »

« Au début, mes goûts avaient complètement changé. Ce que j’appréciais avant ne me satisfaisait soudainement plus. Heureusement, le goût est complètement revenu. Je mange à nouveau bien, et même plus qu’avant. Mais je ne prends pas un gramme. Étrange, non ? »

Marie-Christine
Diagnostiquée en 2007

Diététique & nutrition

Prudence avec le sel

« Peu de choses ont changé. Je bois un verre de vin tous les jours. Du bon vin ! Car la vie est trop courte pour boire du mauvais vin. »

« Je trouve important de manger sainement. Je choisis des légumes frais et j’évite les conserves. J’aime que ce soit convivial. Pour Pâques, j’invite beaucoup de monde. Nous serons 15 en tout. Et je prépare tout moi-même. »

« Je veille aussi à ne pas trop saler. Lorsque je vais manger chez mon fils aîné, il a l’œil rivé sur la salière. Il surveille si je ne mets pas trop de sel. Je n’ajoute presque plus de sel. Alors qu’avant, je ne pouvais pas m’en passer. »

Guido
Diagnostiqué en 2013

Diététique & nutrition

Pendant la chimio, je ne mangeais presque rien. À l’hôpital, ils disaient que je devais manger. “Plus c’était gras, mieux c’était.” Parfois, je mangeais trois dames blanches par jour et rien d’autre. Comme ça je gardais mon poids au lieu d’en perdre. Mon généraliste n’était pas d’accord. Il disait qu’à l’hôpital, ils me bourraient de sucre.

La chimio change l’appétit. Depuis que la chimiothérapie est finie, je reprends des forces. Mes habitudes alimentaires ont changé également. Avant, je buvais mon café noir, maintenant je mets du sucre. Et je ne bois pas d’eau, mais du jus de pomme. Cela permet d’ingérer des calories en permanence.

Evelyne
Diagnostiquée en 2014

Diététique & nutrition

Le médicament me donne parfois la diarrhée. Je dois donc faire attention à ce que je mange. Mais cela me réussit bien. Il m’a fallu un certain temps pour comprendre ce qui me convenait. Car chacun est différent. Moi par exemple, je ne mange pas de fruits ni de crudités.

Au début, il m’arrivait de ne pas avoir d’appétit. Mon compagnon m’emmenait alors au restaurant. Cela vous change les idées. Je retrouvais toujours l’envie de manger en regardant la carte.

Alain
Diagnostiqué en 2016

Diététique & nutrition

“Attention. Vous allez beaucoup maigrir avec la chimiothérapie.” m’avait-on dit. Je m’y suis donc préparé. Je mangeais beaucoup parce que j’allais quand même maigrir. Rien du tout ! Au contraire, j’ai beaucoup grossi. J’ai pris dix kilos en trois mois. Et j’ai beaucoup d’appétit, encore plus qu’avant ma chimiothérapie. J’ai déjà suivis des régimes tout au long de ma vie. Guérir du cancer est désormais ma priorité.

Christiane
Diagnostiquée en 2008

Diététique & nutrition

On ne m’a jamais proposé de consulter une diététicienne. Mais la doctoresse m’a quand même donné une liste d’aliments qu’il vaut mieux éviter avec mon nouveau médicament. Et pour cause. Je n’arrive plus à manger de la nourriture épicée ou acide. Les pamplemousses sont par exemple hors de question. Et il vaut mieux laisser l’alcool. Surtout les boissons pétillantes, comme le champagne.

Pourtant, je continue à profiter de la vie dès que j’en ai l’occasion. Aller faire une sortie en ville ou à la campagne? On ne doit pas me le demander deux fois. Et la cerise sur le gâteau, c’est toujours de finir la journée dans un restaurant, où je commande des huîtres. Cela a toujours été une passion. Et je continue à en manger dès que je peux.

Maria
Diagnostiquée en 2015

Diététique & nutrition

Il faut gérer les effets secondaires, entre autres en adaptant mon alimentation. Avant, j’adorais le potage. Mais mes intestins sont devenus trop sensibles. Alors, je dois faire attention. Dans mon sac, j’ai toujours de l’Immodium...

Je ne supporte plus les crudités. Si j’en mange, je dois le faire avec prudence. De même pour les fruits. Ils sont trop acides, je crois. Ma fille m’avait invité à dîner et elle avait remplacé la mousse au chocolat par une salade de fruits. Je l’ai mangée par politesse. Le lendemain, je lui ai téléphoné. Donne-moi tout de même cette mousse au chocolat la fois prochaine!

Jeffrey
Diagnostiqué en 2014

Diététique & nutrition

Pendant ma chimiothérapie, j’ai commencé à manger autrement. Moins bien également. Ce que j’aimais bien ne me plaisait subitement plus. Mais maintenant, j’ai à nouveau bon appétit. Je vais à nouveau volontiers au restaurant. Et j’ai repris du poids. En février, j’ai eu de graves complications. Je ne pesais plus que 68 kilos. Maintenant, six mois plus tard, je pèse à nouveau 82 kilos.

Rudy
Diagnostiqué en 2009

Diététique & nutrition

Pendant les chimiothérapies, je n’arrivais presque plus à manger. Maintenant, j’ai à nouveau de l’appétit. C’est revenu en prenant les pilules. Pour le moment, j’ai à nouveau moins envie de manger. Pourquoi ? Je n’en sais rien. À cause des pilules ? Je ne pense pas. Pour autant que je sache, elles n’ont pas d’effets secondaires.

Retour vers le haut