Six idées reçues à propos du cancer du poumon

Il existe de nombreuses croyances liées à la maladie et qui sont véhiculées par votre entourage ou vos connaissances. Le plus souvent, il s'agit d'idées recues qui sont parfois sans fondement. Nous nous sommes rendus dans plusieurs hôpitaux belges. Nous avons posé des questions aux infirmiers et infirmières sur les six idées reçues les plus tenaces à propos du cancer du poumon. Le personnel soignant vous explique pourquoi toutes ces histoires ne sont pas nécessairement la réalité.


1. « Vous ne pourrez plus manger normalement » Faux, car

Vous devez justement continuer à manger le plus normalement possible. Ne vous imposez pas de restrictions inutiles. Sauf si votre médecin vous a donné des conseils particuliers en fonction de votre situation, oubliez les régimes, surtout si vous suivez une chimiothérapie. Vous pouvez vous nourrir de façon équilibrée en n'oubliant pas un apport en protéine et en calorie suffisant. Et surtout n'oubliez pas de vous faire plaisir (avec modération). Les diététiciennes que vous pourrez rencontrer permettrons d'adapter votre alimentation en fonction de vos besoins et de vos goûts.


2. « Vous ne pouvez absolument plus rien faire » Faux, car

Votre corps a besoin d’exercice. Il est vrai que les chimiothérapie, rayons, opérations, … peuvent être extrêmement fatigants. Mais il faut justement essayer de faire de l’exercice pour se débarrasser de toute cette fatigue. Faites travailler vos muscles le plus possible. Faites régulièrement du sport et de l’exercice en groupe. Vous pouvez également simplement vous promener ou garder une activité comme le jardinage. Certains hôpitaux vous proposeront des programmes d’activité physique adaptés ; en d’autres occasions, ils vous proposeront un programme individuel. N’hésitez pas à demander des informations à votre équipe soignante.


3. « Vous perdrez sûrement vos cheveux à cause de la chimiothérapie » Vrai et Faux, car

La perte totale des cheveux (ou alopécie) n'est pas un effet indésirable de toutes les chimiothérapies. La plupart des chimiothérapies proposées en cas de cancer du poumon n'entraîne pas cela. Néanmoins, vous pouvez toutefois perdre un peu de cheveux ou voir la qualité de ceux-ci se déteriorer. De nombreux types de chimiothérapie ne vous obligeront absolument pas à annuler votre rendez-vous chez le coiffeur. Par contre une radiothérapie pour traiter une métastase cérébrale entraîne une alopécie sur la zone irradiée.

Pour les autres traitements contre le cancer, le risque de calvitie est faible. Cela se produit malgré tout ? Parlez-en à votre équipe soignante qui pourra vous accompagner, vous donner des conseils utiles pour des prothèses capillaires ou des foulards.


4. « Si vous avez un cancer du poumon, vous traverserez certainement une très mauvaise passe » Vrai et Faux, car

Chaque cancer est différent. Votre corps est unique, votre traitement diffère de celui des autres patients, votre esprit fonctionne différemment … On ne peut pas prédire quel sera le fardeau physique et mental du cancer du poumon.


5. « Avec un cancer du poumon, vous n’en avez plus que pour quelques mois » Faux, car

Il est vrai que le cancer du poumon est un diagnostic de mauvais augure, la plupart des diagnostics étant posés alors que le cancer en est déjà au stade avancé. Grâce aux progrès de la médecine, le pronostic est aujourd’hui meilleur. Les traitements médicaux du cancer du poumon progressent beaucoup d’année en année et sont de plus en plus personnalisés selon le type de tumeur. De plus en plus de thérapies ciblées se développent ainsi que l’immunothérapie; il ne faut pas baisser les bras.


6. « Les fumeurs sont responsables de leur cancer du poumon » Faux, car

Certes, fumer reste la principale cause de ce cancer. Mais personne ne fume avec pour objectif d'avoir un cancer du poumon. Une fois la maladie présente, il ne sert à rien de culpabiliser.

De plus, des non fumeurs peuvent également être atteint d'un cancer du poumon.

Vous pouvez néanmoins réfléchir sur votre consommation tabagique et vous tournez vers des spécialistes afin d'arrêter la cigarette. Il n’est jamais trop tard pour arrêter. Même après la maladie déclarée, vous améliorerez votre qualité de vie et votre traitement. Vous pouvez également inciter vos proches à faire de même afin qu'ils puissent réduire leur risque de cancer du poumon.